Quand le client n’est pas votre client

Admettez-le. Vous êtes passé par là. Il y a eu cette fois où, même si vous aviez les meilleures intentions, vous avez voulu renvoyer un client. 

Cela peut sembler un peu contradictoire. Ne sommes-nous pas censés avoir beaucoup de clients pour avoir une entreprise florissante? Peut-être, mais cela ne veut pas dire que tout le monde est votre client potentiel ou que vous devez servir tous ceux qui vous appellent. Parfois, le client et vous ne faites pas bon ménage et ce sont trois des raisons pour lesquelles cela peut arriver :

Scénario 1 : le client a besoin d’un service qui n’est pas quelque chose dans lequel vous excellez. Vous acceptez donc le projet, vous en apprenez le plus possible, vous faites de votre mieux, mais vous ne semblez toujours pas le faire correctement (du moins du point de vue du client).

Scénario 2 : le client s’adresse à vous comme si vous étiez son employée et non une collaboratrice ou une fournisseuse de services. Ainsi, au lieu de dialoguer avec vous pour qu’il puisse écouter vos suggestions, il vous dit comment faire votre travail. 

Scénario 3 : Le client vous demande constamment de modifier les conditions de votre contrat ou les tarifs que tous vos autres clients acceptent sans broncher. 

Quoi faire? N’oubliez pas que ce ne sont pas de mauvaises personnes, ce ne sont peut-être pas vos clients. Avant de les laisser partir, vous pouvez essayer ceci:

Dans le Scénario 1, je vous suggère d’admettre que vous ne serez pas en mesure d’aider le client pour ce projet spécifique et si vous connaissez quelqu’un qui le peut, vous pouvez le lui recommander. Le client appréciera votre honnêteté et vous rappellera peut-être pour d’autres projets.

Dans un cas comme celui du Scénario 2, vous pouvez essayer de générer une conversation au lieu de recevoir des commandes. Faites savoir au client que vous êtes une experte dans votre domaine et que vous savez de quoi vous parlez. Si le client refuse toujours d’écouter, il est peut-être temps de le laisser partir.

Si vous vivez une situation similaire à celle du Scénario 3, je peux vous proposer de découvrir pourquoi le client vous demande de baisser vos tarifs. S’il est en difficulté, vous pouvez peut-être adapter vos conditions pour qu’elles conviennent aux deux parties. S’il veut simplement payer moins cher, je dirais qu’il n’apprécie pas ce que vous lui proposez et qu’il ne fait donc peut-être pas partie de votre marché cible.

Nous vous sommes reconnaissants de travailler avec de nouveaux clients. Mais nous devons être justes envers eux et envers nous-mêmes. S’il semble y avoir des signes d’alarme, le mieux est peut-être de leur faire savoir qu’il serait préférable de travailler avec quelqu’un d’autre. Cela peut être un peu frustrant, mais cela signifie aussi que nous pouvons nous concentrer sur le type de clients que nous voulons servir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to top